Découverte, Voyage

La marche et le sacré

26 novembre, 2020

Les premières traces de pèlerinages remontent à la préhistoire. La marche vers des lieux sacrés existait bien avant les randonnées sportives !

Aujourd’hui, les chemins de pèlerinage sont largement empruntés, sans que la religion ne soit un prérequis pour les randonneurs, à l’image de Bernard Ollivier. Journaliste et écrivain, il a randonné sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle pour définir son projet de retraite. Il relate son aventure dans le livre La vie commence à 60 ans, 2008 (éd. Libretto). .  
 
 

Les pèlerinages guident les marcheurs vers des lieux sacrés ou sur les traces d’un saint. Selon les religions, le pèlerinage a une place plus ou moins grande. Le pèlerinage vers la Mecque, appelé le hajj, est un des 5 piliers de l’Islam. Saviez-vous que 80% des pèlerins du monde est de confession musulmane ? 

 

En France, les lieux de pèlerinage ont également une importance historique et culturelle. La foi n’est pas la seule motivation pour marcher vers le sacré. Les chemins sont souvent de magnifiques randonnées ; les paysages et les villages traversés pendant la marche constituant en eux-mêmes de belles découvertes. Des endroits comme le Mont Saint Michel et Rocamadour sont parmi les plus admirables de notre patrimoine, et valent la peine d’être explorés. 
 
 
Les chemins de Saint Jacques de Compostelle ou de Saint Guilhem (qui traverse les Cévennes), sont empruntés par des personnes de tous horizons. Chaque pas sur ces chemins est une rencontre : des paysages, de l’autre, de soi-même. 
 
 

Peu importe sa position vis-à-vis des religions, la marche vers le sacré peut avoir du sens pour tous. Démarche spirituelle ou sportive, on a tous une bonne raison de se mettre en chemin.   

Derniers articles

Partagez sur :