C'est la rentrée... littéraire

La radio, les journaux, et même votre libraire, tout le monde parle à la fin de l’été de cet événement : « la rentrée littéraire ». Des centaines de nouveautés, romans, témoignages, essais, paraissent à cette période de l’année.


En publiant ainsi de nombreux livres au même moment, les maisons d’édition mettent en avant leurs écrivains dont vous vous souviendrez lorsque vous chercherez des idées de cadeaux pour Noël…


Cette période effervescente se termine par la saison des prix littéraires : prix Fémina, Renaudot, de l'Académie française... et prix Goncourt, bien sûr.

Pour cette rentrée 2021, nous avons demandé l’avis de notre libraire, Charline de la Librairie Nord Est (Paris 10ème).





Les étoiles les plus filantes, Estelle-Sarah Bulle aux éditions Liana Levi

Cette aventure cinématographique retrace le tournage de Orfeu Negro, en 1958 au Brésil, avec un casting entièrement noir, qui recevra la palme d'or en 1959. C'est une plongée dans le Rio de l'époque, ses favelas, la construction de Brasilia mais surtout c'est la découverte de la Bossa Nova ! C'est sensuel, c'est frais (mêle s'il fait chaud) … on ne le lâche pas.


La porte du voyage sans retour, le nouveau roman de David Diop (auteur de Frère d'âme), aux éditions Seuil

On retourne en Afrique, en 1750, sur L'Ile de Gorée, d'où sont partis des millions d'Africains pendant la traite des noirs. Nous allons suivre un naturaliste français venu étudier la flore locale, et dont le chemin va croiser celui d'une jeune africaine ayant réussie à s'évader. La recherchant dans tout le Sénégal il poursuivra mille pistes et autant de légendes...

David Diop vient d'avoir le National booker prise, grâce à sa remarquable traduction en anglais (c'est un peu comme si Joyce Carol Oates avait le Goncourt)


Le fils de l'homme, Jean-Baptiste Del Amo, chez Gallimard

Un homme revient après 6 ans d'absence récupérer femme et enfant, et les emmène dans une montagne sauvage et isolée afin d'y vivre en autonomie. Le regard est essentiellement celui de l'enfant, qui a 9 ans, finalement ne connait pas cet homme, et voit sa vie chamboulée. On alterne entre passé et présent et tentons de comprendre comment nous en sommes arrivés là. C'est beau, la description de la montagne, de la nature est omniprésente, ça parle de la violence sociale, des non-dits, des mensonges, de la rédemption.


Poussière dans le vent, Leonardo Padura, aux éditions Metailié

Un roman sur l'exil, sur l'amitié. A partir d'une photo de groupe, nous remonterons l'histoire de ces jeunes gens dans le Cuba des années 90. Trahison, disparition, résistance... Il est inventif et a un sens de l'intrigue qui tient en haleine jusqu'au dénouement.


Et vous, quelles sont vos recommandations pour cette rentrée littéraire ?