Les femmes dans la cuisine : Mais où sont les femmes dans l’histoire de la gastronomie ?

« Les femmes dans la cuisine », voici un titre qui pourrait bien déclencher une grosse polémique et pour cause : lorsque l’on parle des femmes dans la cuisine, on pense directement aux clichés sur la femme au foyer. Et pourtant, dans le milieu de la cuisine professionnelle et de la haute gastronomie, les femmes sont absentes du paysage.


Saviez-vous pourtant que les pionnières de la gastronomie étaient… (suspens) des femmes !

Les premiers restaurants étaient des auberges au bord des routes de passage. La cuisine était alors faite essentiellement par des femmes.


Ce même, dans les années 1920, ce sont encore des femmes qui sont aux fourneaux : les mères ouvrent leurs restaurants, d’abord à Lyon puis dans toute la France. Elles étaient à l’origine ménagères, cuisinières pour de grandes familles et elles sont devenues des symboles de la cuisine française. Eugénie Brazier, la mère Brigousse, la mère Léa, la mère Maury, autant de nom qui ont été un tournant gastronomique majeur. C’est même Eugénie Brazier qui a formé le fameux Paul Bocuse, que nous connaissons tous et qui n’a majoritairement repris que des recettes… de femmes ! La mère Brazier a reçu « trois étoiles » au guide Michelin en 1933… il faudra attendre un demi-siècle pour qu’une femme se voie à nouveau décorée du même titre.



Dans les années 70, les chefs commencent à être médiatisés et deviennent des figures emblématiques de la culture française (Bocuse par exemple) mais étrangement, les femmes sont absentes du paysages… Elles intègrent les brigades (équipes en cuisine) mais à un pourcentage très faible : seulement 3 femmes en moyenne sur 14 personnes. On leur reproche de ne pas être assez disponibles pour le métier qui requiert un grand nombre d’heures de travail, difficilement conciliable avec une vie de famille.


De grandes cheffes, comme Anne-Sophie Pic, Hélène Darroze, Christelle Brua et Estelle Touzet connaissent aujourd’hui une renommée internationale et ouvrent la voie à la nouvelle génération.


Aujourd’hui, où retrouve-t-on les cheffes ? Majoritairement dans des restaurant dits modernes avec des plats végétariens ou issus de l’agriculture biologique parce qu’elles essayent de s’adapter à la culture du jour de « mieux manger ».


Et dans les autres pays ? Sur les 2650 chefs étoilés à travers le monde, seuls 5 % sont des femmes. La marche est encore haute pour atteindre la parité !


Pour découvrir le parcours de ces cheffes oubliées, nous vous recommandons l’édition de juin de la Malle d’Aventure consacrée à Eugenie Brazier, au Beaujolais et à l’éveil des sens… miam !