Journée internationale des femmes et des filles de science

Dernière mise à jour : 21 avr. 2021

Le 11 février c’est la Journée Internationale des Femmes et des Filles de Science. Dans cet article, nous dressons le portrait de trois femmes, trois scientifiques qui ont fait avancer le monde grâce à leurs recherches.


Le 11 février, c’est la Journée Internationale des Femmes et des Filles de Science. Cette journée particulière, adoptée par les Nations Unies en 2015, a pour objectif de favoriser la participation et l’accès des femmes et des filles à tous les domaines scientifiques.


Constat de l’UNESCO : moins de 30% des chercheurs dans le monde sont des femmes, et dans cette proportion peu sont celles qui ont accès à des postes décisionnaires. Il est maintenant temps d’inverser la tendance. Comment ? En offrant plus de visibilité aux femmes scientifiques qui ont fait leurs preuves dans l’histoire.


Dans cet article, nous brossons le portrait de trois femmes, trois scientifiques qui ont fait avancer le monde grâce à leurs recherches.

  • Marie Curie, la première femme à avoir reçu le prix Nobel




C’est probablement la femme scientifique la plus célèbre, mais connaissez-vous vraiment son histoire ?


Maria Salomea Skłodowska de son vrai nom nait le 7 novembre 1867 à Varsovie, en Pologne. Elle perd sa mère et une de ses sœurs lorsqu’elle à dix ans, et se réfugie dans le travail et les études.


Brillante élève, elle obtient d’excellents résultats. En Pologne, pays alors sous le joug de l’Empire Russe, les études supérieures sont interdites aux femmes.


Maria part donc avec sa sœur faire des études de physique à Paris. Parmi les 800 étudiants de la faculté des sciences en 1895, on retrouve seulement une trentaine de femmes. Elle rencontre Pierre Curie lors d’une soirée, et accepte de travailler avec lui pour un de ses projets. En 1898, Pierre Curie abandonne ses travaux personnels pour se consacrer avec son épouse à l’étude de la radioactivité. En décembre 1903, elle obtient avec son mari et Henri Becquerel le prix Nobel de physique. Anecdote parlante : les archives du comité du prix Nobel montrent que son nom n’était pas indiqué avant que Pierre Curie intervienne pour que Marie soit ajoutée.


Elle sera aussi la première femme professeure à la Sorbonne. Le prix Nobel de chimie lui est décerné en 1911, alors qu’elle est au cœur d’un scandale d’adultère monté de toute pièce par la presse.


De 1906 à 1934, elle est la première femme directrice d’un laboratoire, elle y accueille 45 femmes, sans pour autant exercer de recrutement sexiste. Elle meurt à 66 ans le 4 juillet 1934, atteint